A Pointe-Noire (Congo) du 24 au 28 octobre 2017 : ateliers d’écriture et rencontres

À l’invitation de l’Institut français de Pointe-Noire, République du Congo, j’aurai l’honneur du 24 au 28 octobre 2017 d’y donner des ateliers d’écriture (débutants et confirmés) et, entre autres, de participer à une table ronde avec l’écrivain Janis Otsiémi dans le cadre d’une première semaine des « Mauvais Genres », qui y est organisée.

Bref, si vous êtes dans le coin, consultez le programme ci-dessous !

Continuer la lecture de « A Pointe-Noire (Congo) du 24 au 28 octobre 2017 : ateliers d’écriture et rencontres »

Abondance d’articles sur l’abondance de bouées flamants roses


Après l’abondance de bouées flamants roses, voici l’abondance d’articles expliquant pourquoi il y a tant de bouées flamants rose.

Le flamant, c’est la hype absolue y apprend-t-on dans un récent article de Slate. Le motif participerait « d’un système visuel global. L’ananas et le flamant rose sont aussi à la mode dans des magasins de déco et de vêtements ». C’est exact et on s’en était rendu compte ici. Cela fait une décennie qu’on l’annonçait, qu’on le voyait arriver et gagner en puissance, —et l’ère du kitsch flamingo planétaire est en effet définitivement advenue cette année.

Le nouvel article est sur Slate, plus fouillé et plus trendy que celui précédent de Ouest France sur ce sujet crucial. A noter qu’on y parle curieusement pas de Kim Jong eun qui n’a toujours pas de compte Instagram, ce peigne-cul. C’est dire s’il est au Nord.
Continuer la lecture de « Abondance d’articles sur l’abondance de bouées flamants roses »

Pourquoi voit-on des flamants roses partout ?

ARTICLE DE BAPTISTE DENIS issu de l‘Edition du soir de Ouest France, du 22 août 2017.

(A noter que cette année, le motif déco comme les gadgets flamants roses ont été d’une façon générale excessivement abondants. Et c’est un observateur du phénomène depuis 2007 qui vous le dit :-)

ACTUALITÉ
Qui, cet été, n’est pas tombé nez à nez avec cette bouée en forme de flamant rose, au bord des plages et des piscines ? Retour sur cet effet de mode, un peu gonflé par les réseaux sociaux.

Ces titres à la con

 

À la suite de la lecture d’un titre de une du quotidien Presse Océan, il y a deux ans, sur une affiche publicitaire qui m’a fait éclater de rire, j’ai décidé de faire collection de titres de presse à la con.
Ce titre déclencheur et historique était le suivant : « Ces notaires de Loire-Atlantique ». La manie de titrer « Ces… », « Ces… qui…, « Ce… », etc. est une paresse très répandue dans la presse et sur le Web.

Le sujet sur les notaires ainsi présenté était en effet alléchant. On avait en effet vraiment envie d’en savoir plus, car ils étaient quoi, au fait, ces notaires ? Assassins ? Escrocs ? Pédo-nazis ? Chalunopantaxophiles ? On s’interrogeait. J’ai immédiatement acheté le journal et lu le dossier de deux pages. Réponse : ces notaires avaient effectivement bien pour caractéristique essentielle d’être en Loire-Atlantique.  En cela, Presse Océan, pertinent, n’avait pas survendu son sujet.

Continuer la lecture de « Ces titres à la con »

« Période d’essai » une nouvelle dans le recueil d’Elmer Food Beat

Pour ses trente ans, le groupe nantais Elmer Food Beat fameux tant pour ses chansons aux paroles de fort bon goût, ses reprises, que la casquette, les chaussettes, le slip kangourou et le maillot de Manu, a demandé aux (à 30) auteurs du coin d’écrire une nouvelle inspirée d’une de ses chansons, afin d’éditer un recueil.

La mienne s’intitule « Période d’Essai » est inspirée de la chanson Electroménager et est, question délicatesse, bien dans le genre convenu. On la trouvera donc dans ce magnifique ouvrage illustré, bardé de plumes nantaises, et, pour certaines, pas des moindres.

Continuer la lecture de « « Période d’essai » une nouvelle dans le recueil d’Elmer Food Beat »

Le flamant rose qui guérit tout !

Il est plutôt inattendu, et comporte, certes, une faute à chaque mot, et >  il est ici. Quoiqu’il en soit, il semble être souverain pour l’équilibre ! (Du moins, le prétend), normal pour un équilibriste sur une patte (voir article précédent). Par ailleurs, c’est la compagne d’Emmanuel, son semblable qui serait « showman du cerveau ».

Cela étant, j’imagine que tous deux doivent en avoir assez qu’on leur demande l’origine de leur nom ; ça doit taper sur les nerfs, et d’où, peut-être, cette orientation claire sur le soin neurologique…

(Merci Sarah)