« Période d’essai » une nouvelle dans le recueil d’Elmer Food Beat

Pour ses trente ans, le groupe nantais Elmer Food Beat fameux tant pour ses chansons aux paroles de fort bon goût, ses reprises, que la casquette, les chaussettes, le slip kangourou et le maillot de Manu, a demandé aux (à 30) auteurs du coin d’écrire une nouvelle inspirée d’une de ses chansons, afin d’éditer un recueil.

La mienne s’intitule « Période d’Essai » est inspirée de la chanson Electroménager et est, question délicatesse, bien dans le genre convenu. On la trouvera donc dans ce magnifique ouvrage illustré, bardé de plumes nantaises, et, pour certaines, pas des moindres.

Pour tout dire, d’Elmer Food Beat, je ne connaissais que Daniéla que je n’avais jamais placé au panthéon de mes préférences poétiques et musicales, tout comme Le plastique c’est fantastique.


J’ai donc dû tout écouter de leur abondante production pour trouver quelque chose qui me parle un petit peu. Comme les Elmer sont très sympas, généreux, et qu’il est vrai qu’il fau(drai)t prendre tout au quatorzième degré (dit-on toujours, et aussitôt, à leur propos ici, en vous scrutant d’un air suspicieux, sinon carrément et illico accusateur), je ne dirai toutefois pas ce que je pense de leur discographie qu’on ne peut certes pas fustiger pour manque de détermination dans l’exploration de la thématique choisie. Mais me retrouver dans ce livre m’a amusé (et tant pis, si je ne suis pas tout-à-fait à l’aise avec le gras et le lourdingue, et ai l’air, ici, de faire mon bégueule).

(Cette nouvelle, qui a failli ne pas être dans le recueil parce que je m’étais trompé de genre -il fallait faire polar et j’ai fait n’importe quoi d’autre- est également disponible à l’unité chez Les Bookonautes chez qui elle avait été publiée à la suite d’un revirement des Elmer qui l’avaient refusée donc, et l’ont finalement intégrée dans le livre ).

PS : Il y a des trucs comme cela, des institutions, qu’à Nantes vous n’avez pas le droit de ne pas aimer, quels que soient vos arguments. Par exemple l’emmerdissime Lola, de Jacques Demy (et quelques autres films de ce réalisateur).